23 septembre, Maria Dolores y Amapola Quartet

Maria Dolores y Amapola Quartet

Tout droit sortie d’un film d’Almodovar, la biche madrilène icône du kitsch latin, n’a pas le goût des demi-mesures. Elle ose, sans détour. D’envoûtante à burlesque, sensuelle, déjantée, tous les qualificatifs lui vont. Accompagnée de l’Amapola Quartet, qu’elle houspille allègrement, elle nous raconte sa véritable histoire du tango et d’airs susurrés en milongas des exilés, on parcourt les trottoirs de Buenos Aires d’où s’échappent soupirs et soubresauts qui font de cette musique une fusion de passion et de peine.

23 septembre, 20h30, au Champilambart